L’addiction aux smartphones est-elle comparable à la malbouffe ?

De nos jours, il n’y a plus uniquement que la génération Y qui ait accès aux appareils technologiques. Les enfants du second millénaire, plongés dans le développement de la technologie¸ manipulent eux aussi excellemment différents appareils intelligents. Parmi ces appareils, il y a l’iPhone.

Il semblerait même que les enfants de cette dernière génération passent la majorité de leur temps devant l’écran de leur smartphone. Cette addiction, selon un professeur de l’université de New York, pourrait très bien être comparée à la malbouffe.

Un acte inédit des actionnaires d’Apple

Deux actionnaires d’Apple ont eu le geste courageux et inédit d’adresser un courrier à la direction de ce grand groupe californien. Le message stipule une demande pour la lutte contre l’addiction des plus jeunes à l’iPhone. Ces actionnaires sont : CalSTRS, le fonds de pension des enseignants californiens ; et Jana Partners, un fonds activiste puissant.

La raison de leur démarche : l’addiction d’un enfant à un smartphone n’est pas uniquement une question de problème de santé mais aussi de société. Des chiffres concernant l’utilisation de l’iPhone les ont déterminés pour leur acte.

En effet, selon des calculs effectués par le cabinet eMarketer, aux Etats-Unis, 50% des enfants de moins de 12 ans ont leur propre iPhone. Cette valeur est de 90% pour les pré-adolescents et les adolescents de 12 à 17 ans. 78% des adolescents américains utilisent leur téléphone plus d’une fois par heure, selon Common Sense Media. Et d’après les enquêtes, 50% de ces jeunes affirment et reconnaissent leur dépendance vis-à-vis de leur iPhone.

L’iPhone devenu un bien de consommation

Aujourd’hui, dès le réveil, c’est à leur smartphone que les jeunes pensent en premier. Checker les notifications sur les réseaux sociaux ou regarder les messages est devenu le premier geste de certains jeunes, le matin. Tout au long de la journée, ce geste continue à raison de plusieurs fois par jour. Face cette addiction, il est possible de considérer l’iPhone comme un bien de consommation, aujourd’hui.

Avoir son smartphone avec soi et vérifier son contenu est devenu un besoin vital, qui, s’il n’est pas satisfait, rend mal à l’aise et inconfortable. Face à cette situation, l’addiction à l’iPhone doit être traitée comme la malbouffe. La malbouffe, qui n’aime pas cela, et qui n’aimerait pas en manger tous les jours ?

Mais malheureusement, elle n’est pas bonne pour la santé, d’où il faut limiter sa consommation. Le même processus doit être effectué avec l’iPhone. Certes, c’est un petit appareil magique qui distrait tout le temps, mais il faut savoir limiter cette utilisation, surtout chez les plus jeunes.

Afin de réaliser cela, Apple a créé une solution qui permet aux parents de contrôler ce que leurs enfants font avec leur smartphone. Mais en plus de cela, les parents doivent également prendre l’initiative de limiter le temps d’utilisation de l’iPhone aux enfants ainsi que l’installation de certaines applications sur l’appareil.

Bref, les jeunes d’aujourd’hui possèdent une addiction aux iPhones, cela ne nous est plus étranger. Pour la santé psychologique, physique et sociale de nos enfants, nous devons savoir les contrôler, voire les traiter comme l’on fait avec la malbouffe.

Pour en savoir plus...